LA LOI SUR LE RESPECT DES COLLECTIVITÉS : à abroger et voici pourquoi

La soi-disant Loi sur le respect des collectivités a été adoptée au cours de la législature précédente (en 2015) avec l’objectif évident d’entraver l’expansion des services de consommation supervisée (SCS) au Canada.

La Loi est un affront au corpus abondant de données scientifiques démontrant la nécessité de tels services de santé et leurs bienfaits y compris la connexion des usagers à d’autres services de santé et la prévention de la transmission d’infections et des décès par surdose. De plus, la Loi va à l’encontre du jugement de la Cour suprême du Canada dans l’affaire Insite. Les obstacles à la mise en place de nouveaux services de consommation supervisée découlant de la Loi sont injustifiables, discriminatoires et mortels.

La Loi devrait être abrogée immédiatement. Plutôt que de bloquer de tels services de santé salvateurs, les gouvernements provinciaux et fédéral devraient, de toute urgence, prendre les mesures nécessaires pour les mettre à l’échelle, en travaillant en collaboration avec les intervenants de première ligne et les organismes représentant les personnes qui consomment des drogues.

Cet article a été publié dans Politiques sur les drogues, Anglais, Français, Feuillets d'information, Our Work, Pub Document Type, Pub Language, Publications. Publication Topics: . Bookmarker le permalien. Les commentaires et les trackbacks sont fermés.
Auteur
Sujet
Type de document
Langue