Une main secourable : questions juridiques entourant l’assistance à l’injection dans les lieux supervisés pour l’injection

Une main secourable : questions juridiques entourant l'assistance À  l'injection dans les lieux supervisés pour l'injection
Selon le cadre juridique et les lignes directrices pour les professionnels qui sont en vigueur au Canada, les employés de lieux sécuritaires pour l’injection (LSI) ne peuvent pas aider les clients à s’administrer leur drogue et ces clients ne peuvent pas s’entraider dans l’injection. Cependant, de récentes évaluations ont démontré, parmi les personnes qui ont besoin d’assistance pour l’injection de drogues illégales, des taux de prévalence du VIH deux fois plus élevés que parmi les personnes qui n’ont pas besoin d’une telle assistance; ce constat soulève de sérieuses préoccupations de santé publique. Les femmes sont deux fois plus susceptibles que les hommes d’avoir besoin d’assistance à l’injection, et deux fois plus susceptibles de déclarer que la raison de ce besoin est qu’elles ne savent pas comment se faire une injection elles-mêmes.

Dans le présent document, nous nous penchons sur la prohibition de l’assistance à l’injection dans ls LSI, dans la perspective de la Charte canadienne des droits et libertés, et nous avançons que cette interdiction est susceptible de porter atteinte aux dispositions de la Charte qui garantissent le droit de ne pas subir de discrimination, ainsi qu’aux droits à la vie, à la liberté et à la sécurité de la personne.

Cet article a été publié dans Anglais, Featured Publications, Français, Publications, Rapports. Publication Topics: . Bookmarker le permalien. Les commentaires et les trackbacks sont fermés.
Auteur
Sujet
Type de document
Langue